Nettoyage des oreilles: les bons gestes

 

C’est probablement l’une des questions les plus posées au corps médical : comment doit-on se nettoyer les oreilles ? Les réponses les plus diverses peuvent être émises et il convient d’uniformiser les propos autour du seul argumentaire clinique et scientifique qui va suivre.

Certaines affirmations méritent d’être retenues et divulguées :

 

  1. Nettoyer l’oreille, c’est prendre soin de l’oreille externe, c’est à dire du pavillon et du conduit auditif externe.

 

     Le pavillon est la structure latérale de l’oreille, faite d’une armature cartilagineuse enrobée d’un tissu fibreux ou graisseux et recouvert par une peau strictement identique à la peau de l’enveloppe corporelle globale. Un lavage quotidien à l’eau savonneuse, sans oublier le pli arrière entre oreille et crâne, ne pose aucune difficulté ou problème particulier. Le conduit auditif externe est ce canal creusé au sein de l‘os qui nécessite la plus grande attention. Quelques notions médicales appellent une précision : Ce canal a une longueur totale d’environ 3 centimètres chez l’adulte. Plus petit chez l’enfant, la taille définitive est atteinte à l’âge de 7 ans. Il s’agit donc d’une dimension réduite pour un conduit au bout duquel se trouve un élément extrêmement fragile, le tympan. La forme de ce conduit est très complexe et permet une certaine protection du tympan mais un nettoyage un peu trop vigoureux est capable de toucher le tympan et d’entraîner des dégâts.

 

  • Première leçon: il ne faut pas entrer trop profondément dans ce canal, le risque de dégât tympanique (hématome du tympan ou perforation) est réel.

 

      La peau qui tapisse ce conduit jusqu’au tympan présente quelques caractéristiques assez uniques dans l’organisme. A l’entrée du conduit et sur environ 1 centimètre, c’est une peau normale dans son épaisseur et sa structure (plusieurs couches de cellules se renouvelant de la profondeur à la surface en 1mois environ). Au-delà de ce premier centimètre et jusqu’au bout du conduit, donc sur 2 centimètres, la peau de recouvrement s’amincit beaucoup pour ne plus être constituée que par une seule couche cellulaire. La partie profonde du conduit est donc protégée par une peau très mince et très fragile. Le risque de lésion cutanée en profondeur est très important et un geste à ce niveau est d’autant plus inutile que dans ce secteur, cette peau est capable d’auto-nettoyage, les cellules cutanées mortes étant éjectées vers l’extérieur par un processus dit d’évacuation latérale.

 

  • Deuxième leçon: il ne faut pas chercher à être propre en allant loin dans le conduit, cela risque d’abimer la peau et de contrarier sa fonction naturelle d’auto-entretien.

 

       Le premier centimètre du conduit possède donc une peau classique, caractérisée cependant par la présence des fameuses glandes cérumineuses. Plus précisément encore, ce système sécrétoire est située au niveau du plafond et de la paroi arrière du conduit sur environ 8 millimètres. Aller au-delà de cette distance ne sert à rien et un geste trop appuyé ne peut que favoriser l’accumulation du cérumen au fond du conduit et permettre la constitution d’un bouchon.

 

  • Troisième et dernière leçon: retenir que le cérumen est fabriqué à l’entrée du conduit et un bon geste est un geste doux balayant le conduit de haut en bas en passant par l’arrière du canal.

 

  1. Nettoyer l’oreille, c’est respecter ces trois commandements et lui permettre ainsi de garder toute sa qualité physiologique. Un coton-tige utilisé dans ces conditions est possible. Il existe également des petites curettes souples non traumatisantes permettant un curetage doux de la zone de production cérumineuse.

 

Un chapitre consacré aux particularités du conduit auditif externe de l’enfant et un chapitre construit autour du cérumen lui-même seront rédigés par ailleurs.