Protections auditives et «petits bobos»

 

Les protections auditives, utilisées à des fins personnelles ou professionnelles, sont de divers types. Les bouchons obturateurs placés dans l’oreille peuvent générer quelques ennuis qu’il convient de connaître afin de les éviter et d’adopter une attitude correcte en cas de survenue.

  • La douleur de l’oreille : ou la sensibilité à l’introduction de l’embout de protection évoque une atteinte inflammatoire et/ou infectieuse de la peau du conduit auditif. Il s’agit d’une otite externe. Le dégât cutané est lié à l’intrication de plusieurs facteurs irritants: frottement lors de la mise en place, compression cutanée pendant la durée du port de la protection, pathologie cutanée préalable favorisant le déclenchement de l’otite externe (eczéma du conduit par exemple) ou utilisation d’embouts mal nettoyés. Dans tous les cas, la sensibilité pénible de l’oreille est majorée par toute tentative de placement de la protection auditive. Il convient de ne pas insister et d’attendre deux à trois jours avant de remettre la protection. La peau pourra, durant ce temps, se désenflammer et tout rentrera dans l’ordre. Si ce n’est pas le cas, il convient de consulter pour un diagnostic et un traitement appropriés

 

  • La gêne auditive : Si après avoir enlevé la protection auditive, l’audition ne semble pas redevenir habituelle, il faut évoquer deux choses : soit le colmatage d’un bouchon de cérumen dans le fond du conduit auditif sous l’effet repoussoir de l’embout, soit la persistance dans le conduit d’un fragment d’embout siliconé qui se serait détaché de la protection auditive elle-même . Dans ces deux situations, il faut consulter le médecin habituel .

 

  • L’écoulement de l’oreille : L’apparition plus ou moins rapide d’un écoulement de l’oreille doit imposer l’arrêt de l’utilisation d’une protection auditive et déclencher une consultation médicale.

 

Que faut-il évoquer ? Une otite externe non douloureuse, se manifestant seulement par un suintement d’aspect variable (sécrétions claires ou teintées, viscosité plus ou moins importante, odorante ou pas). Il est fréquent que ce type de réaction survienne sur une peau préalablement altérée par une maladie cutanée (eczéma, psoriasis, dishydroses diverses). Une véritable allergie à l’un des composants de l’embout ne peut être que très rarement évoquée. Il s’agit le plus souvent d’une dermite de contact par exacerbation d’un processus pathologique préexistant. Toutes ces petites misères s’arrangent en général très vite avec l’aide du praticien et quelques soins locaux.

Retenons simplement :

- Ne pas insister en cas de problème et savoir ranger les embouts de protection le temps de la guérison de la peau.

- Posséder sa ou ses propres protections auditives et les nettoyer régulièrement si elles sont faites sur mesure.

- Changer régulièrement de protections si elles sont jetables. Une durée d’utilisation de 3 ou 4 jours paraît appropriée.