Le conduit auditif externe

Le conduit auditif externe (C.A.E.) est, avec le pavillon de l’oreille, l’un des deux éléments constitutifs de l’oreille externe.

Canal creusé dans la masse osseuse sur une longueur d’environ trois centimètres, il joue le rôle essentiel d’amener l’onde sonore jusqu’au tympan, en la mettant en situation physique optimale pour délivrer une énergie mécanique utilisable. Ce conduit se caractérise par une conformation complexe et par une peau de recouvrement aux propriétés uniques dans l’organisme humain.

La conformation du CAE

La masse osseuse latérale du crâne contenant les divers éléments de l’oreille s’appelle le rocher. Ce nom évoque la dureté, et donc la solidité mais aussi la difficulté d’exploration, de cette région osseuse.

Faisant suite au pavillon de l’oreille avec lequel il partage certaines lamelles cartilagineuses, le CAE est un canal creusé sur une longueur d’environ trois centimètres, ouvert d’un côté vers l’extérieur et fermé de l’autre par la membrane tympanique, premier élément de l’oreille moyenne.

Constitué sur son premier tiers d’une structure fibrocartilagineuse (mélange de lamelle de cartilage souple et de tissu fibreux), il est réellement osseux sur ses deux tiers profonds. Trois pièces osseuses différentes entrent dans sa conformation.

L’orientation du conduit auditif est grossièrement dirigée vers le dedans, en bas et en avant. Son diamètre est d’environ un centimètre.

La peau de recouvrement

La peau qui tapisse le CAE fait suite à la peau qui recouvre le pavillon. Deux zones peuvent se distinguer :

La peau du premier tiers du conduit, sur environ un centimètre.

Cette peau présente les caractéristiques habituelles de toute peau : plusieurs couches cellulaires se renouvelant en environ un mois de la profondeur à la surface. Elle présente un système sudoripare (fabrication de la sueur) et un système pileux (poils). Elle se distingue par la présence d’un système sécrétoire particulier : le fameux système cérumineux, fabriquant le cérumen.

La peau des deux tiers profonds du conduit sur deux centimètres jusqu’au tympan.

Sur ces deux centimètres, la peau s’amincit progressivement pour, dans la région la plus profonde, proche du tympan, ne plus présenter qu’une seule couche cellulaire.

Cette peau profonde répond aux mêmes normes de renouvellement et la grande originalité de cette zone cutanée est sa capacité à s’autonettoyer par un phénomène dit d’éjection latérale. Les cellules cutanées (kératocytes) mortes sont refoulées vers l’extérieur.

Il n’est donc pas utile de contrarier ce phénomène naturel en voulant nettoyer le fond du conduit, ce d’autant que le cérumen, souvenons-nous en, est produit à la partie haute initiale du CAE.